Je suis Violette Suquet, illustratrice de profession, directrice artistique durant 10 ans, double entrepreneuse, sportive, mariée et maman… Bref, réelle slasheuse !
J’aime apprendre et varier les plaisirs. Le plaisir est d’ailleurs mon maître mot et “go with the flow” est mon mantra. J’aime aiguiser mon instinct en (pour)suivant mes centres d’intérêts et en les retranscrivant en projets imagés. Je travaille donc pour les entreprises, associations, fondations ou magazines pour valoriser/transformer/raconter/vulgariser leurs propos avec humour, légèreté et convictions ! J’aime me mettre au service de projets porteurs de fortes valeurs et en quête de sens.

Comment s’est passée cette période de confinement pour toi ?


Confinée j’ai d’abord… Flippé ! Cette privation de liberté nécessaire m’a poussée dans mes retranchements ! Mais j’en ai profité pour me rendre utile… Et peut-être en même temps jouer l’autruche et pas trop calculer ce qui se passait. J’ai donc beaucoup travaillé et je travaille encore avec mes collègues entrepreneuse, notamment celles du réseau de l’ONG Empow’her que j’ai connu en suivant un programme d’accompagnement en 2019.

Voilà ce que j’ai pu réaliser pendant cette période :

  • 2 cahiers d’activités collectifs gratuits dont le premier est à télécharger ici. Ils ont été conçus par un réseau d’illustrateurs et de créateurs variés, initiés par @fannyvella, @cevany_et_cie et @elodiecrepel.
  • une affiche d’entraide entre voisins, réalisées avec Isabelle Huynh et Séverine Martinez de Sève Communication (une autre serriste!), à télécharger sur www.entraidecovid19.fr
  • Des illustrations pour imager les initiatives du réseau de mono-parents @moi_et_mes_enfants
  • Des illustrations pour imager joyeusement, à travers une série d’animaux sympathiques, les gestes barrières expliqués aux petits pour la restauration collective bio @BBbreizhou (projet en cours).
  • Un manuscrit de livre pour enfant sur le genre (contrat d’édition en cours).

Qu’est-ce ça a pu t’apporter sur les plans professionnels, artistiques et personnels?

Illustration d’une famille confinée

Je ne me suis pas ennuyée, entre les parties de UNO, les combos couches-tétées-visio et les zoom apéros. Ces projets si passionnants, portés par des gens passionnés. Cette période je l’ai détestée pour ce qu’elle représentait, mais je l’ai adoré pour le privilège des moments partagés avec ma famille, mes amis.es, mes client.es et consœurs.

J’ai complètement revu mon rapport au temps.
J’en manquais cruellement, ayant tout le temps un ou deux enfants avec moi, une lessive, un repas, une visio à réaliser en simultané d’une image à créer. Et pourtant j’ai fourmillé de créativité ! Comme quoi, j’ai pas besoin de temps pour créer.
J’ai aimé aussi ce de cloisonnement des membres de ma famille.
On resitue : je suis penchée sur ma tablette et quand je lève les yeux je vois mon gars et mes enfants. Y’a plus dégueu ! Comme quoi, on cloisonne beaucoup trop les enfants à l’école; à la crèche et les parents au turbin ! Ben non en fait. C’est possible de combiner et de profiter. C’est pas simple, c’est énergivore mais c’est possible. Et de ce chaos naissent des pépites: un clin d’œil à l’amoureux durant un coup de fil houleux, les premiers pas de juniors sur la pause café-tétée, un chef d’œuvre à 4 mains à base d’acrylique, de nouilles et d’herbe qui prend vie, sous nos yeux ébahis, sur la pause de midi…


Ça a été une période éprouvante mais une belle occasion de démystifier cette corrélation entre disponibilité et créativité ou productivité.

Illustration de Violette Suquet, période de pré-déconfinement

Entretien de Justine Bonno & Violette Suquet membres actives et enthousiastes de La Serre